5 minutes de lecture

La politique RSE d’une entreprise vise à avoir un impact positif sur la société tout en ayant une activité économique solide et pérenne. De nombreux volets de la vie de l’entreprise sont à prendre en compte : l’impact environnemental, les conditions de travail mais aussi le type de management, la relation avec les partenaires, la contribution au tissu économique local etc.

Notre client Civitime a développé une solution permettant de mesurer et d’améliorer l’engagement des collaborateurs dans la stratégie RSE des entreprises. Interview de son fondateur Anthony Mollé.

Comment vous est venue l'idée de CiviTime ?

L’idée était de développer un serious game qui permet d’améliorer l’engagement des collaborateurs dans leur entreprise en développant leur sentiment d’appartenance. On a monté un groupe de recherche avec des experts psychologues pour comprendre les effets psychosociaux qui influent pour développer le sentiment d’appartenance. A partir de ces études nous nous sommes positionnés sur les sujets de la RSE et le projet d’entreprise (culture valeur vision).

J’ai d’abord été Ingénieur d’affaires en développement durable dans une filiale Engie. J’ai rapidement détecté que les clients avaient besoin de sensibiliser les collaborateurs aux éco-gestes, et en allant plus loin à la RSE dans sa globalité. En écoutant nos clients, nous avons fait évoluer notre proposition de valeur sur tous les aspects de la RSE.

Pourquoi avez-vous choisi de mettre la gamification au coeur du projet CiviTime ?

Cela a été évident pour nous. Les engagements RSE sont un facteur qui développe le sentiment d’appartenance et les collaborateurs sont de plus en plus impliqués sur ce sujet. Par contre la RSE est mal perçue par les collaborateurs : c’est pour eux très conceptuel. CiviTime veut rendre tangible et utilise le jeu pour cela. Le jeu permet de mettre en scène et rendre plus perceptible un sujet en le contextualisant. Les collaborateurs entrent en action car les décisions prises dans le jeu sont mises en place par l’entreprise. Le jeu te met dans un état d’esprit particulier qui te permet de changer ta façon de voir les choses. Il permet également de créer des émotions, de conscientiser des messages et de les ancrer chez les joueurs.

Quelles ont été les étapes clés de la conception du produit et comment avez vous intégré la gamification dans le produit ?

La gamification a été pensée et intégrée dès le début du projet. Nous avons suivi les étapes suivantes (NDLR : la gamification est une approche design, nous retrouvon donc les étapes similaires au UX Design, Design Thinking etc.) :

  • Échanges avec de futurs utilisateurs et clients
  • Prototypage et présentation aux clients pour avoir des retours 
  • Validation de la pertinence des éléments dans le prototypage
  • Développement en externe puis internalisation pour faire évoluer le produit ;

Quels indicateurs utilisez vous pour mesurer l’engagement des collaborateurs ?

Le jeu permet de récupérer beaucoup de datas qualitatives : le taux de participation et le taux de complétude bien sûr, mais aussi la récurrence sur la connexion, le parrainage, etc.

Quels sont les retours utilisateurs depuis le lancement de CiviTime il y a 18 mois ?

Nous sommes très satisfaits des résultats. Le taux de participation est de 63% (à noter qu’il est pris en compte quand l’utilisateur a au moins fait 50% de l’aventure) et 84% des joueurs veulent participer à la saison 2.

Quelle est votre plus grande fierté dans l’aventure CiviTime ?

L’équipe CiviTime sans hésiter ! Nous sommes aujourd’hui une dizaine et même si il faut encore cadrer l’organisation car l’équipe grandit vite, je suis très fière de cette aventure humaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *